1.       Qu’entend-on par logements accompagnés ?

Ce sont des logements destinés à accueillir des personnes en situation de handicap qui sont regroupées autour d’un lieu commun.

 

Le but est de permettre à ces personnes de conserver leur indépendance, tout en leur proposant de participer à une vie communautaire quand elles le souhaitent.

 

Pour les familles, cette solution qui permet de mutualiser une partie des aides personnelles, est rassurante, car cela permet de prévoir pour le groupe une assistance permanente.

 

2.       Quels types de logements ?

En fonction du type de dépendance, mais aussi de leur projet de vie, trois types de logements peuvent répondre aux demandes :

a)      logements collectifs pour les plus dépendants

b)      logements individuels regroupés (plateau)

c)       logements satellites pour les plus indépendants

 

Pour plus de détails, consulter le chapitre 3 (page 9) de la monographie nationale publiée par l’UNFTC :      http://www.aftcam.org/monographie2012

 

3.       Historique :

C’est à Bordeaux que les premiers logements accompagnés ont été réalisés.

 

Depuis, plus d’une vingtaine d’AFTC  ont réalisé ou envisagent ce type de logements : voir la liste dans la monographie.

 

4.       Pourquoi  « Maison des 4 (ou des 5) » ?

Pour toute structure médico-sociale, il y a des règles administratives à respecter, des autorisations à obtenir, des crédits à demander.

Pour ce type d’hébergement, ce n’est pas le cas. Un bailleur professionnel  loue des appartements à une association créée pour réaliser ce projet. Cette association sous-loue les appartements, en assure la gestion, l’animation, le recrutement des locataires et du personnel.

Dans ces conditions, pour qu’il ne s’agisse pas d’une structure, il est nécessaire que le nombre de personnes handicapées ne soit pas supérieur à 5 personnes.

 

5.       Comment se situent ces logements dans la filière de prise en charge ?

Il s’agit du maillon manquant dans la filière de prise en charge qui se situe entre le domicile indépendant  et les structures médico-sociales classiques (Foyer occupationnel, FAM, MAS).

 

6.       Réflexion de l’AFTC  Poitou-Charentes sur ce sujet :

L’AFTC Poitou-Charentes s’intéresse depuis longtemps à cette question car les contacts avec les responsables de structure d’accueil des traumatisés crâniens montrent qu’il existe, en FAM en particulier, des résidents qui pourraient bénéficier de ce type d’hébergement.

L’AFTC Poitou-Charentes a participé avec 2 autres AF TC à la mise au point de la monographie proposée par l’UNAFTC.

Une première réflexion a permis de mettre en avant les réalisations faites par l’AFTC Alsace (site www.aftcam.org) et par l’Association Simon de Cyrène (site www.simondecyrene.org) à Vanves.

En 2012 un groupe de réflexion a été créé comprenant des familles et des responsables de structure ; le travail de ce groupe a conduit à la rédaction d’un projet  associatif début 2013. Ce projet innovant, puisqu’il prévoyait la cohabitation de personnes en situation de handicap et de personnes valides, devait naître de façon différente des projets classiques.

En effet, pour la plupart des projets, il est décidé de créer une structure, puis ensuite de rechercher des locataires (cas du projet de l’AFTC du Limousin à Bellac).

Pour le projet envisagé, il s’agissait d’abord que des blessés, des familles, des amis, se rencontrent pour mettre en commun leurs compétences, leurs vœux, et qu’à ce contact des  liens amicaux se créent, gage indispensable pour assurer la pérennité du projet.

Pour cela, une visite a eu lieu à Vanves et a permis de rencontrer le créateur Laurent de Cherisey, lequel a confirmé que cette étape était inconditionnelle.

Ce processus prend du temps et ne peut exister que par la volonté des blessés et des familles qui s’engagent.

Les maisons des 4, telles qu’elles existent, répondent partiellement aux besoins exprimés par les blessés : on assure leur sécurité, leurs besoins quotidiens, on leur offre des activités « entre handicapés » (GEM, accueil de jour, contact quasi exclusif avec des professionnels). Le progrès serait de leur permettre d’avoir une ouverture plus grande sur l’extérieur, ce qui est dans l’esprit de la loi de 2005, mais surtout exprimé par les personnes handicapées et ce que propose Simon de Cyrène.

L’information a été diffusée aux Assemblées Générales de 2012 et 2013 ainsi que par des courriers d’information.

 

Que faire si vous êtes intéressé ?

-          Prendre contact avec le secrétariat AFTC

-          Prendre connaissance du projet associatif

-          Répondre au questionnaire qui vous sera proposé

-

Bibliographie :

-          Monographie UNAFTC

-          Livre « Tous intouchables » – édition Bayard

-          Livre « Passeur d’espoir » – Presse de la Renaissance

-          Livre «  Le grain de sable et la perle » – Presse de la Renaissance

 

Articles se rapportant à ce thème :

article 1 06-01-2014

article 2 27-10-2014

article 3 09-06-2015

article 4 05-08-2015

article 6 31-10-2015

article 7 10-12-2015

article 8 04-01-2015